Acheter_ou_reparer

Dans un temps de crise économique, la question se pose de plus en plus  « Doit-on racheter ou réparer nos objets ? ». En effet, depuis de nombreuses années, la logique de consommation nous fait acheter sans trop compter et jeter lorsque nos objets sont cassés ou en panne. Seulement, dans une période où le pouvoir d'achat baisse pour le plus grand nombre d'entre nous, la question de réparer ses affaires se pose de plus en plus souvent.

Les entreprises ont bien compris cela et on peut désormais faire réparer de plus en plus d’objets sans devoir renvoyer chez le constructeur qui nous annonçe un délai de 3 voir 4 semaines. Il est même possible de réparer soi-même.

Cette tendance à la réparation pose, en plus de la chute des ventes, un nouveau problème aux fabricants : devoir mettre à disposition des pièces de rechange. Cette démarche entre en contradiction avec l'approche de production intégrant une obsolescence programmée des produits. L’obsolescence des produits fut négligée pendant longtemps, mais depuis peu, les consommateurs y sont attentifs. Ainsi,  il est possible de déterminer « la durée de vie » du produit ainsi que la possibilité de réparer ce dernier. L’obsolescence fait même débat dans les instances politiques qui souhaitent légiférer à ce sujet.

Pour le gouvernement, les constructeurs devront améliorer la qualité des produits. L’idée actuellement en débat est de créer une garantite graduelle sur les produits et d’imposer la disposition de pièces détachées sur une période de 10 ans.

Si cette proposition est validée, les productions seront remises en cause. Les lignes de fabrication devront construire des produits finis mais également des pièces détachées bien après la fin de production du produit. Pa exemple, les fabricants de smartphones, dont les composants sont au cœur des évolutions techniques, vont devoir remettre en question leurs productions de composants. De plus dans ce débat, il est également question du recyclage des produits non réparables.

En conclusion, Réparer ou Acheter, chacun choisira, mais les industriels eux devront repenser leurs stratégies de production en fonction des gouvernements.

 

Sources :